Les printemps arabes ont balayés des dicatures mais les effets de bords sont nombreux notamment dans le secteur du tourisme. Les touristes français et européens sont moins enclins à se rendre dans des pays comme l’Egypte ou la Tunisie où le sentiment ou même l’insécurité à grandement augmentée.

Pour les voyageurs à petit bugdet le coup est rude, adieu les séjours en all exclusive pour moins de 300 euros ou bien les rabais à la dernière minute allant jusqu’à des moins 50% par rapport au prix catalogue des voyagistes.

Dernier pays de l’Afrique du Nord à résister même si l’attentat de Marrakech pèse encore dans les esprits des vacanciers, le Maroc pourrait profiter des mauvaises fortunes de ses voisins.

Les atouts touristiques du Maroc sont bien connus des touristes français : la langue, le climat, peu ou pas décalage horaire, le coût de la vie et la richesse du patrimoine culturel. Mais il ne faudra plus compter sur des rabais avantageux sachant que désormais et encore pendant quelques années la concurrence de ses voisins sera beaucoup moins rude.

Les voyageurs à petit budget qui recherche des séjours pas cher devront revoir leur lieu de résidence estivale et s’orienter plutôt vers des pays européens comme la Grèce, le Portgal ou bien l’Espagne. Ces pays touchés par la crise bancaires et un chomage galopant seront sans doute cet été le nouvel Eldoro des vacanciers peu fortunés.